Actualités  |

Presse et enquêtes

Le tiers payant généralisé chez le médecin

Par directmedica le 20 octobre 2014 dans Presse et enquêtes

tiers payant chez les MGAvec le projet de loi relatif à la santé, le gouvernement veut généraliser la dispense d’avance de frais chez les médecins de ville. Si la loi est adoptée, le tiers payant, déjà pratiqué par les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU), sera étendu à tous les médecins de ville.

Un refus en masse de cette mesure

73% de NON : c’est la proportion de médecins qui ne sont pas favorable à la mise en place d’un tiers payant généralisé. Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, syndicat de médecins généralistes, précise que : « Nous sommes favorables au tiers payant social, pour les bénéficiaires de la couverture maladie universelle, de l’aide à la complémentaire santé, de l’aide médicale d’Etat. […] Mais nous sommes absolument opposés au tiers payant généralisé. » Pour Claude Leicher, président de MG-France, syndicat de médecins généralistes, le tiers payant est souhaitable « Si on ne le fait pas, les patients ne viendront plus nous voir, tant la situation économique est grave » mais réclame que « l’Assurance maladie et les complémentaires nous paient a priori, et ne nous signalent que les cas litigieux. » Interrogés également sur cette thématique, 41% des pharmaciens sont également défavorable à cette mesure. Mais Gilles Bonnefond, président de l’USPO, tempère le dialogue en précisant qu’il n’a pas d’avis à donner aux médecins mais qu’ils « ont raison d’exiger un seul organisme payeur, l’Assurance maladie. Tous les autres systèmes vont leur compliquer la vie. »

Quelques chiffres

Parmi les médecins et les pharmaciens favorables au tiers payant généralisé (respectivement 16% et 37%), les médecins considèrent que c’est une bonne solution pour lutter contre le renoncement aux soins (31%) alors que pour les pharmaciens, cet argument n’arrive qu’en deuxième position (30%) derrière le fait qu’eux le pratique déjà (41%). Parmi les médecins et les pharmaciens défavorables au tiers payant, c’est l’argument de la déresponsabilisation du patient qui arrive en tête (44% des médecins et 61% des pharmaciens). Pour Marc Morel, directeur du CISS, collectif regroupant 40 associations de patients, « Ces arguments sont des contre-feux pour masquer le vrai sujet, qui est le mode de rémunération des médecins. »

Découvrez l’enquête parue dans le Moniteur des pharmacies : Enquête 

Ajoutez votre commentaire